COURRIER DU CADRE

 

image_plume

Être un gestionnaire coquerelle

 

 

Plusieurs auteurs ont parlé de la coquerelle comme exemple à suivre. Georges St-Pierre dans sa biographie, Bernard Mooney dans sa chronique d’investissement. Pour ma part, j’y vois des caractéristiques intéressantes pour le gestionnaire. La principale caractéristique qu’on leur attribue est leur survie (325 millions d’années) et donc leur capacité d’adaptation. Tout chez cet insecte est organisé pour sa survie et non la dominance.

Tout comme la coquerelle, les gestionnaires qui ont traversé les années ne sont pas les plus forts, mais ceux qui ont été capables de s’adapter. Il en est de même des organisations. Les plus beaux exemples de réussites (Apple, IBM) côtoient les échecs d’adaptation (Kodak, JC Penny).

Cliquez ici pour lire la suite